couv image1

image2 image3

C'est en cherchant des albums sur Noël que je suis tombée sur ce livre jeunesse. Comment ne pas résister à cette couverture jaune sur laquelle apparaît la frimousse d'un petit caribou ? Certes, "Zoucaribou" n'est pas un album sur Noël à proprement dit, mais il me semble ne pas avoir perdu au change.

Zoucaribou est le prénom d'un petit caribou, également prénommé Zou. Ses parents sont séparés et le petit doit prendre le train chaque week-end pour rejoindre son papa. Zou parait s'y faire sans trop de problème. Au contraire, il est heureux de faire le trajet chaque semaine pour retrouver son père. Avec ses deux parents, il fait des activités complètement différentes et cela lui plait. Cependant, il ne peut s'empêcher de penser à sa maman toute seule le week-end et à son papa qui tourne en rond quand il n'est pas là.

L'album est à la fois intéressant et attrayant. Je connaissais l'auteur Marie-Sabine Roger pour ses romans adultes. Je la découvre en auteur jeunesse. Cette ancienne institutrice a quand même écrit plus de soixante-dix livres pour la jeunesse. Il faut absolument que je me rattrape, d'autant plus que le texte possède de grandes qualités. D'abord, le week-end c'est le ouiquaine et les jeux de mots se comptent par dizaine. Marie-Sabine Roger n'appelle pas un chat un chat, ce qui suppose une part active du lecteur pour comprendre la subtilité du texte. Deux jours deviennent ainsi "deux feuilles vite envolées", comprenez deux feuilles du calendrier. Certaines expressions sont de véritables trouvailles et donnent une dimension supplémentaire à l'album. Il gagne en tendresse. J'aime la valise avec "tout ce qu'il faut pour tenir content" ou lorsqu'il "fait caille à éternuer des glaçons". La richesse de l'écriture confère une âme à cet album qui exploite un thème pas forcément très évident, à savoir la séparation des parents.

Zoucaribou semble ne pas trop souffrir de la situation et prend les choses du bon côté. Il mène deux vies différentes qu'il soit avec l'un ou l'autre de ses deux parents et il se représente tel un grand aventurier. Cependant, il ne faut pas s'y méprendre. Zou pense à sa maman lorsqu'elle est seule le ouiquaine (serait-ce contagieux ?) en disant tendrement : "Mais pas de quoi avoir du chagrin : sa maman, elle est grande, elle a deux fois son âge. Il peut la laisser un peu seule, elle est sage". Une manière pour les jeunes lecteurs qui se trouvent dans la même situation de ne pas culpabiliser.

L'autre point fort de ce livre jeunesse ce sont les illustrations de Nathalie Choux. Beaucoup de rondeurs chez les personnages, ce qui les rend attrendrissants. La précision s'associe à la simplicité, ce qui confère une âme aux images. Les scènes tirées du quotidien de Zou reflètent beaucoup d'amour, il semble évoluer dans un véritable cocon chez sa mère et son père. On retrouve toujours des jouets ou des objets représentant un petit caribou, ce qui permet à Zou de se sentir toujours en confiance. La couleur jaune, synonyme de chaleur et de convivialité, est également omniprésente dans l'album, au même titre que le bleu, une autre couleur rassurante. 

Un album bien pensé, notamment par l'épaisseur de ses pages. Les éditions Sarbacane (pour visiter leur site internet, c'est ici) destine le livre aux enfants à partir de 3 ans. Pourquoi pas...

ISBN : 9782848656571

+

Pour la même tranche d'âge, un autre livre jeunesse traite du thème du divorce. Découvrez ici "J'ai deux maisons !" aux éditions Circonflexe.